SNALC - ACADEMIE DE NANCY-METZ

 

http://snalc.lorraine.free.fr

 

A NOTER !

Visiter le site national du SNALC

www.snalc.fr

Actualités - Articles
Adhérer au SNALC

+ Qui sommes nous ?
+ Comment adhérer

Votre carrière

+ Le métier d'enseignant
+ Hors Classe 2014
+ Promotion d'échelon
+ Stagiaires 2013
+ Nos Guides
+ Mutations 2013-2014

Nous contacter

Section régionale du SNALC

SNALC-Lorraine                                         
3 avenue du XXème Corps                        
54000 NANCY                                               

 tél - fax  : 03 83 36 42 02  

courriel : snalc.lorraine@orange.fr

Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

home.gifBienvenue sur SNALC - ACADEMIE DE NANCY-METZ

SNALC-LORRAINE

Réforme des lycées, DHG désastreuses, professeurs stagiaires surchargés, suppressions de postes, manque de TZR, livret de compétences... Voilà déjà de quoi manifester auprès du Ministère et du Rectorat

Situations professionnelles difficiles, manque de reconnaissance de notre travail, de notre investissement, classes tant hétérogènes et à l'effectif si lourd... eek

Défense de vos droits, écoute de chacun, disponibilité en toute honnêteté et indépendance des pouvoirs politiques  wink
Voilà ce que nous vous proposons, nous, au SNALC.

N'hésitez pas à nous interpeller,
nous poser vous problèmes ou vos questions
sur snalc.lorraine@orange.fr

 

news.gifLes 6 dernières nouvelles


- par GuppY le 11/04/2014 - 16:53

Site en instance de fermeture

Consultez notre nouveau site à l'adresse snalc.fr/nancy-metz

La France ou l'enfer des professeurs - par Jean-Rémy Girard le 14/02/2014 - 16:23

 La France

ou l'Enfer des


professeurs

Zone de Texte:
Pour certains (y
compris à l'intérieur de notre institution), les profes­seurs seraient des privilégiés et leurs élèves de pauvres petits êtres brimés par un système autoritaire qui ne connaîtrait que la sanc­tion et le méchant redoublement, et qui les rendrait de fait incom­pris et malheureux. À l'heure où l'on se gargarise de comparaisons internationales, peut-être faudrait-il regarder la réalité en face : les élèves français sont globalement contents d'être à l'école, et leurs professeurs sont malmenés en cours et mal payés. La preuve par les chiffres(').

Jean-Rémi GIRARD

Secrétaire national à la pédagogie

Les salaires de la honte

Alors que le recrutement des profes­seurs se fait désormais à Bac + 5 (sans oublier qu'ils doivent passer un concours en sus de leur diplôme !), le salaire, lui, traîne la patte. Et si l'on regarde ce qui se passe chez nos voi­sins, le constat est pire encore. Au pri­maire comme au collège, la France se situe en-dessous de la moyenne des pays de l'OCDE, encore plus en-dessous de la moyenne des pays de l'Union Européenne, et la com­paraison avec des pays comme l'Irlande, le Canada ou encore l'Alle­magne (tous mieux classés que nous dans les enquêtes PISA) est sans appel. La prolétarisation du professo­rat est un véritable phénomène natio­nal, et il ne faut pas aller chercher plus avant des raisons pour expli­quer que le métier n'attire plus. Ainsi, un professeur des écoles en début de carrière est rémunéré moins de 26 000 dollars par an chez nous, et plus de 47 000 dollars en Alle­magne. De même, un professeur de collège en France (certifiés et agré­gés confondus) reçoit à peine plus de 36 000 dollars annuels après 15 ans de carrière, contre plus de 63 000 dollars aux Pays-Basl2. Autant dire qu'il y a un gouffre entre nous et nos voisins, et que les dis­cours, de quelque bord politique qu'ils viennent, faisant de l'École une priorité nationale sonnent bien creux dans notre hexagone.

Les élèves malheureux ? Faux !

Autre poncif ressassé jusqu'à l'infini : les élèves français seraient plus mal­heureux à l'école que leurs homolo­gues d'autres pays. Les plus sérieux des détracteurs de notre système sco­laire s'appuient sur un unique chiffre de l'enquête PISA : les élèves français seraient 47 % seulement à se sentir chez eux à l'école, contre 81,3 % dans l'ensemble de l'OCDE. Pourtant, à y regarder de plus près, 81 % des élèves disent se sentir bien à l'école en France (OCDE : 79,8 %), 80,4 % affirment que tout se passe très bien dans leur école (OCDE : 61,1 %) et 81,5 % sont satisfaits de leur école (OCDE : 78,2 %).

En réalité, les élèves français sont tout à fait dans la moyenne des autres pays concernant le bien-être des élèves, et même au-dessus. La seule fausse note reprise par tous est en réalité... une erreur de traduction ! En effet, alors que l'on demande aux élèves non francophones si l'école est un en­droit où ils se sentent « bien », on demande aux francophones s'ils s'y sentent « chez eux ». Il est soudain beaucoup plus facile d'expliquer le différentiel, vu qu'on n'a pas posé la même question (et que l'on peut aisé­ment se sentir bien quelque part sans s'y sentir chez soi).

Ainsi, les élèves français ne sont ni brimés, ni traumatisés par les notes : en fait, ils vont même plutôt bien, mer­ci pour eux

Les professeurs respectés ? Non !

Ceux qui ne vont pas bien, ce sont leurs enseignants. La France est clas­sée parmi les pires pays de PISA concernant le climat de discipline » en classe (nous sommes 58e sur 64 pays !). Un élève français sur 2 estime que les élèves ne peuvent pas bien travailler en classe, contre 24,2 % dans les dix pays les mieux classés à PISA. Seuls 18 % des élèves des pays les mieux classés trouvent qu'il y a du bruit et du désordre, contre plus de 30 % des élèves français ! Et tous les indicateurs amènent à la même conclusion : il y a davantage de bavardages, de bazar, de chahut, de bruit de fond dans les classes en France, et l'autorité du professeur y est nettement moins respectée qu'ail­leurs. Il est même facile de constater qu'il y a une indéniable corrélation entre climat scolaire apaisé et perfor­mances scolaires des élèves (on s'en serait douté, remarquez...).

Une conclusion imparable

À l'arrivée, le constat est de l'ordre de l'évidence : un système scolaire dans lequel les professeurs sont sous- payés et non respectés est un système scolaire qui fonctionne moins bien. Le bien-être des élèves n'est pas un pro­blème en France : c'est de celui des professeurs et des autres personnels qu'il conviendrait de se préoccuper, car c'est ce facteur qui est déterminant pour obtenir une école de qualité.
À l'heure donc où d'aucuns de­mandent la suppression de
la notation (« traumatisante »), la diminution dras­tique des conseils de discipline (« stigmatisants ») ou bien encore la mise au même niveau de la parole de l'élève et de celle du maître (« démocratique »), PISA nous apprend en réalité que ce n'est pas la voie à suivre. Nous vou­lons une école qui fasse réussir tous les élèves ? Alors il n'existe qu'une seule recette : mieux payer les personnels, et faire respecter leur autorité. C'est ce qu'a toujours dit le SNALC. Peut-être faudrait-il enfin nous entendre.


Déclaration du Snalc au CSE (conseil supérieur de l'éducation) - par webmestre le 25/01/2014 - 11:50

Déclaration du Snalc au CSE du 16 janvier 2014Le SNALC-FGAF souhaite une excellente année 2014 à l'administration ainsi qu'aux membres du CSE.

Monsieur le Ministre,

L'année 2014 sera celle de la mise en oeuvre de chantiers majeurs dans la refondation de l'École de le République que nous avons appelée de nos voeux. Au-delà des mesures concernant les métiers et les missions des personnels, c'est l'architecture même du collège qui va être revue. Il s'agira également de tracer de nouveaux contours à l'éducation prioritaire, de mettre en oeuvre les changements de programmes (quel que soit le nom qu'on leur donne) à venir, et, nous le demandons, de remettre l'ouvrage sur le métier de la réforme des lycées.

Les personnels que nous représentons ont besoin de travailler dans un cadre stable et bien défini, qui leur permette d'exercer leur profession au mieux, dans les meilleures conditions possibles, avec le soutien et la protection de l'Institution. C'est pourquoi le SNALC-FGAF, syndicat attaché à la mise en oeuvre d'une réelle amélioration de notre École, o fait, fait et continuera de faire des propositions constructives en ce sens.

Mais pour que le dialogue soit fructueux, il conviendrait,. en 2014, de laisser au placard les formules toutes faites, la pensée magique, les idéo­logies rances, le lexique technocratique employé par un certain nombre de ceux qui ont d'autant plus un avis sur l'école qu'ils n'y exercent pas. Parlons enfin entre nous le langage de la vérité, et arrêtons par exemple de produire des documents dans lesquels on écrit, je cite :
« Les constats de l'année scolaire 2011-2012 en matière de respect de la règle dans les établissements du second degré font ressortir la prédo­minance des sanctions les plus sévères, le conseil de discipline étant convoqué pour prononcer, à titre quasi exclusif, des décisions d'exclusion définitive de nature à compromettre la continuité de la scolarité de l'élève.

Face à cette situation, il convient de donner toute leur place aux étapes de prévention et de dialogue préalablement à l'application d'une sanction et, quand celle-ci doit s'appliquer, de lui conserver un caractère éducatif. »

De tels discours ne sont plus acceptables. La situation dans nombre d'établissements scolaires est aujourd'hui critique. ; L'autorité des adultes est sans cesse bafouée . Les conseils de disciplines stigmatisés ici sont en réalité la dernière bouée à disposition des équipes pour gérer l'ingérable, et voilà qu'on les montre une fois encore du doigt, arguant de l'éternelle dichotomie entre la méchante répression et la gentille éducation.

Stop ! Dans les établissements scolaires, tout est mis en oeuvre pour que les sanctions soient proportionnées, que les élèves soient écoutés, que la dimension éducative soit prise en compte. Mais il est des moments où cela ne fonctionne pas , où, face à la mollesse organisée de notre système, les élèves développent un sentiment d'impunité qui se confirme dans les faits. Pour ne pas « compromettre la continuité de la scolarité » d'un élève, on compromet la scolarité de l'ensemble de ses camarades de classe, on met en danger les enfants et les adultes, on crée des situations d'injonctions contradictoires pour les collègues, sommés de foire preuve d'autorité et privés des moyens permettant d'instaurer cette même autorité.

Alors pensons plutôt à mettre en oeuvre des solutions spécifiques à l'égard des fauteurs de trouble, qui ne demandent souvent qu'à ce qu'on les instruise à leur rythme, dans un cadre à la fois strict et accueillant, permettant un accompagnement plus personnalisé avec des personnels formés à la grande difficulté scolaire. C'est ainsi que l'on résoudra le décrochage scolaire et que l'on fera diminuer les actes de violence, et non en pointant du doigt une prétendue « sévérité » qui a depuis bien longtemps disparu de nos salles et de nos couloirs. En un mot l'idéologie que l'on veut encore renforcer est celle-là même qui est la cause de nos problèmes.
Et cela ne peut plus durer.

Lettre d'un élève eue CPGE au lycée Henri IV à ses pairs en soutien à leurs professeurs - par GuppY le 15/12/2013 - 17:03

                       

Chers amis


Vous n'êtes pas sans savoir que le corps professoral est en émoi ces derniers jours , suite au projet ministériel de modifier par décret le régime indemnitaire des professeurs de classes préparatoires. J'ai bien conscience que certains craignent que le mouvement de contes­tation affecte leur préparation du concours, et déplorent être otages d'une revendication qui serait purement corporatiste ou dictée par l'intérêt personnel. En ce qui me concerne, c'est plus l'effroi de ce que sous-entend un tel décret ministériel qui me gagne. Pour cette raison, il me semble vital, d'une part de se réunir pour en discuter, d'autre part d'arrêter une position commune sur le sujet.


Et j'aimerais, ici, vous faire part de quelques-unes des raisons qui m'exhortent à demander une réunion, sous la forme d'une assemblée générale des élèves, dans les plus brefs délais.


Nous avons tous la chance de bénéficier d'un enseignement d'excellence, dispensé par des professeurs motivés, et cela gratuitement. Diminuer le régime indemnitaire des professeurs, c'est abattre un des derniers vecteurs d'ascension sociale en France par le mérite. Certains d'entre nous sont parisiens, d'autres sont provinciaux, certains sont nés avec une cuillère d'argent dans la bouche, d'autres de milieux modestes ; pourtant, ici encore, nous nous trouvons à égalité. Supprimer les primes, c'est décourager des professeurs brillants à abattre un travail colossal qui est un des facteurs de notre réussite. C'est aussi les pousser, alors que leur métier est chaque fois plus déconsidéré, à aller chercherailleurs la considération qu'ils méritent, et cela au détriment de la qualité de l'enseignement public. Est-ce de I' égoïsme ? Comment concevoir que l'on vous demande un tel engagement, un tel sacrifice alors que dans le même temps on vous supprime des primes unilatéralement, en plus de vous jeter à la figure un prétendu statut de privilégiés ?Cela pose aussi la question plus large de la valorisation de l'enseignement dans notre société.


Vous l'aurez compris, l'idée, derrière ce décret, c'est bel et bien la fin des classes préparatoires. Un bastion de l'élitisme intellectuel bourgeois au service de la reproduction des élites. Un foyer de privilégiés. Il est temps d'en finir avec ces clichés réducteurs. Chacun d'entre nous a mérité sa place en travaillant durement, et c'est tout l'honneur de la France de continuer de recruter l'élite de son administration sur la base de ce mérite. C'est tout l'honneur de la France de conserver un recrutement qui cherche à atténuer les inégalités sociales. C'est parce que je crois en la méritocratie que je tiens aux classes préparatoires, parce que je crois qu'il est noble de permettre à une minorité qui l'a mérité par son travail d'atteindre les plus hautes responsabilités et les salaires qui y correspondent. Les classes préparatoires qui préparent aux concours de la République sont des remparts contre le clientélisme ou la sélection par l'argent, c'est un maillon primordial de notre méritocratie. C'est ce qu'il faut faire reconnaître dans l'opinion publique ; ce mouvement nous donne l'occasion de défendre la méritocratie en Fronce, et c'est pour cette raison qu'il faut nous engager : la seule solution d'atteindre l'excellence en France ne saurait être d'aligner du cash.


La manière avec laquelle ce projet est considéré, une application par décret, me navre. Quelle défiance de la part de l'État envers ses petits soldats qui travaillent chaque jour à former ceux sur lesquels il se repose ! Je ne peux pas accepter qu'on puisse traiter ainsi des personnels qui témoignent chaque jour de leur engagement et de leur loyauté.


Enfin, à titre personnel, je suis touché chaque jour de l'investissement de nos professeurs qui montrent autant leur motivation qu'un véritable sens du service de l'État. Nombreux ont hésité et hésitent encore à mener une action pour éviter de nous pénaliser, même si cela leur porte préjudice. C'est aussi par respect pour leur travail, et animé d'un immense sentiment de reconnaissance que je m'engagerai lundi 2 décembre par solidarité. Ma place ici, je la dois aussi à tous les professeurs que j'ai croisés dans ma scolarité, et si un jour je suis reçu à un concours, je le devrais à ceux qui, aujourd'hui, sont attaqués et se sentent abandonnés.


Jean Galve K2

Un autre courrier de khâgneux


Conseil supérieur des programmes - par webmestre le 12/10/2013 - 00:36

Jean Paul Brighelli est interrogé sur le conseil supérieur des programmes récemment mis en place par Vincent Peillon:

...... l'école française s'écroule complètement, un quart des élèves entrant en sixième ne savent ni lire , ni écrire , ni calculer..........une commission des programmes : un must pour la langue de bois (ou "dis moi qui tu nommes , je te dirai ce que tu veux faire ")

.......dans la commission , pas un instituteur , pas un professeur . Imaginons que l'on veuille réformer la qualité de la baguette de pain et qu'on fasse une commission avec des députés, des sénateurs , mais sans boulanger........

......on peut supprimer des heures qui ne servent à rien........

............on n'a jamais eu autant de voyous en classe, autant de classes ingérables ............


Ecoutez JP Brighelli sur RTL :


         
       


Mot de la présidente : rentrée 2013 - par Elisabeth EXSHAW le 10/10/2013 - 23:02

Une rentrée réussie ?

A hauteur de ministre (ou de recteur), une rentrée réussie : facile de parler de l'augmentation du nombre de professeurs (mais si peu pour notre académie), de l'ouverture des ESPE, de la refonte future des programmes... devant une opinion publique rassurée dès qu'elle entend parler de réformes dans l'Education Nationale, puisqu'elle a bien conscience que le système est pour le moins grippé. Concrètement, dans les établissements scolaires, où sont les motifs de satisfaction ?

Les classes restent toujours hétérogènes et aucun élève ne tire bénéfice de ce rêve d'égalité mal comprise. Les emplois du temps des professeurs comportent trop souvent des heures supplémentaires non désirées, et parfois en grand nombre (et qui maintenant ne sont même plus défiscalisées) ; la charge de travail ne cesse de s'accroître parce que l'administration fait pression sur le professeur pour qu'il « s'investisse au maximum » : réunions innombrables - et parfois inutiles, contraintes imposées par les projets d'établissement, « récupérations » diverses, par exemple. Et tout cela sans revalorisation salariale !

Incohérence du système : les LP ont du mal à recruter, manquent d'élèves alors que les professeurs sont là, que les débouchés professionnels existent. Mais en fin de 3°, les professeurs sont « invités » à orienter en 2° Générale, parce qu'une orientation en LP serait synonyme de manque d'ambition. N'y aurait-il pas un lien avec ce phénomène bien réel des élèves décrocheurs ?

Face à ce constat, le SNALC-FGAF garde toute sa place pour faire des propositions et défendre l'intérêt des élèves comme celui des professeurs. Je vous invite à vous attarder sur les propositions de Collège Modulaire (QU n° 1360) tout à fait réalistes et qui pourraient être mises en place rapidement. Le SNALC entame maintenant une réflexion sur le lycée : vous pouvez apporter votre contribution.

Vous pouvez compter sur nous pour la défense de vos intérêts, n'hésitez pas à nous solliciter pour le suivi de votre carrière ou une mutation. bites-nous ce qui se passe dans vos établissements. Nous voudrions pouvoir répondre à vos attentes.


Elisabeth EXSHAW


Calendrier

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
84 Abonnés
Préférences

 Nombre de membres 12 membres


Utilisateurs en ligne

( personne )
   up  Haut  up  

Site fonctionnant sous GuppY v4.0.3 - Licence Libre CeCILL - © 2004-2006